Adoptez un chevreau, une chevrette : les infos à savoir !

La vente de chevreaux se fait uniquement les mercredi-samedi-dimanche de 10h à 12h.

Pourquoi adopter un chevreau ou une chevrette ? La chèvre est un véritable animal de compagnie, très proche de l’homme (quand elle est élevée au biberon !), elle est toujours très attachante et très marrante !  Pour la constitution ou l’agrandissement d’un troupeau, pour le loisir, l’éco-pâturage (débroussaillage, ronces, friches, Renouée du Japon…).

Les chevreaux veulent habiter chez vous !!

072

Mâle ou femelle ? Adoptez une chevrette ou mieux : sauvez un chevreau de sa destinée classique : l’abattoir… Les femelles sont très demandées et se vendent sans problème. Les mâles ont un destin plus tragique… Or, nous vous les proposons castrés, gratuitement (à l’élastique, sans chirurgie ni douleur) : cela rend le mâle identique à une femelle en terme de taille du corps et des cornes, de comportement, et sans odeur de bouc  ! Et toujours aussi attendrissant ! Et en plus, nous les vendons moitié prix !! Sauvez vite la vie d’un chevreau !!

Un ou deux chevreaux ? Sur quelle surface ? C’est un animal qui vit en groupe : pour qu’il soit heureux, la priorité est qu’il ait un congénère de son espèce pour jouer et partager avec un individu qui a les mêmes codes. Votre chevreau accordera bien plus d’importance à son congénère chèvre qu’à la superficie que vous lui aurez mis à disposition : une seule chèvre sera toujours triste dans le plus grand terrain. Prenez en au moins deux pour les rendre heureuses et les voir jouer, dormir,… vivre à deux ! Le travail ne sera pas bien plus important. Evidemment, s’ils ont beaucoup de surface, c’est encore mieux. Il n’y a pas de règle de superficie dans la mesure où, même si les 95% des élevages sont intérieurs, une chèvre devrait théoriquement avoir un espace presque infini (comme les chevreuils, bouquetins, etc…). Les chèvres doivent surtout pouvoir sortir au soleil, avoir des obstacles pour faire des cabrioles et vivre au moins à deux. La joie d’un partenaire de jeu prime sur la surface disponible !

20180515_153635
IMG_20180428_072535

Son âge. Nos petits sont vendus à l’âge d’une à deux semaines, toute la famille lui donnera le biberon (un repas le matin et un le soir) et il sera très proche de tous ! Nous avons des colliers pour vous.

Les prix. Chevreau mâle (Bio, élevé sous la mère, castré ou non) : 40€
Chevrette femelle (Bio, élevée sous la mère) : 80€. Réductions possible à partir de 3 femelles.

Votre rôle dans l’adoption ? Les petits de 2 à 3 semaines sont à finir de nourrir au biberon (biberons spéciaux pour chevreaux en vente à la chèvrerie) : un repas le matin et un le soir. Environ 0,5L à 1L tiède par repas, à base de lait en poudre que vous trouverez dans les commerces spécialisés (ex: Gamm vert,…). Il faudra leur mettre à disposition dés leur arrivée chez vous et ce toute leur vie : de la paille au sol et du foin fibreux à volonté, des granulés pour chèvres (en vente dans le commerce : compter 100g/jour à l’âge d’un mois, 200g/jour à l’âge de 2 mois jusqu’à l’âge d’un an et plus si vous voulez), une pierre à sel, de l’eau propre et fraiche. Une fois que le chevreau rumine (à l’âge d’un mois et demi environ), vous pouvez arrêter le biberon. C’est le granulé et l’eau claire qui prendront le relai.

Votre responsabilité. A la différence d’un chiot ou un chaton dans une animalerie, vous achetez un chevreau non sevré, qui reste fragile et susceptible de tomber malade : c’est pour cela que l’on vous propose des chevreaux de 2 à 3 semaines, déjà bien « démarrés ». Vous avez alors une responsabilité à prendre le relai de la mère : s’attacher à nourrir le chevreau suffisamment et en prendre soin. Le chevreau peut prendre du temps à s’adapter à la tétine du biberon : il est indispensable que vous trouviez le moyen de le faire boire ses deux repas quotidiens. D’abord, soyez patient : réessayez régulièrement jusqu’à ce que ça marche. Changez de tétine (taille, forme, matière), ajoutez-y du miel ou autre, stimulez le chevreau en lui faisant téter votre doigt pour déclencher son réflexe de succion. Essayez de le faire boire au bol. En cas de chevreau « machouilleur » qui refuse de téter les premiers jours, obligez le à avaler en le « gavant » doucement avec le biberon : c’est pour son bien ! Soyez conscient que dans de très rares cas, le chevreau peut être extrêmement difficile à biberonner au point de s’affaiblir dangereusement ou il peut aussi attraper une maladie et en mourir, c’est une des facettes de la nature. En conclusion : avant de vous attacher à votre bébé chevreau, attachez-vous à le faire téter jusqu’au sevrage.

RÈGLES GÉNÉRALES D’ÉLEVAGE de la chèvre

  • SON ALIMENTATION – Comme tous les ruminants, les chèvres ont besoin d’avoir à disposition à volonté de la fibre (paille, foin fibreux, broussaille ou herbe), une pierre à sel, de l’eau et si possible des minéraux (poudre ou bloc à lécher à donner en cures limitées). La surface idéale au pâturage est de 300m² par chèvre mais elle peut être très réduite si on peut lui mettre du foin ou de la paille à disposition. Pendant la croissance (surtout la 1ère année), il faut lui donner des concentrés (pour ne pas risquer de carences, prendre des granulés du commerce pour ruminants) à donner toujours après (au moins 20 minutes) distribution et ingestion de fibres (foin fibreux ou paille). Les quantités à donner sont inscrites sur les sacs dans le commerce.
  • SA MAISON – Les chèvres ne craignent pas le froid mais la chaleur : il leur faut un endroit à l’ombre en été. Leur maison peut être petite mais abritée de la pluie, des courants d’air mais sans air stagnant (prévoir une évacuation d’air en toiture ou une fenêtre). La litière doit être sèche et renouvelée pour recouvrir les crottes (avec de la paille , de la sciure…). L’air intérieur doit être sain : il ne l’est plus quand une forte odeur d’ammoniaque est là : curer le fumier ou améliorer l’extraction d’air vicié.
  • SA SANTE – Quand la chèvre ne dispose pas de grands espaces (moins de 1000 m²) et si possible en friche, et qu’elle doit alors raser l’herbe, il sera indispensable de la vermifuger régulièrement (consulter votre vétérinaire). La règle n°1 pour vérifier l’état de santé de sa chèvre est de veiller à ce que les crottes soient typiques : petites et rondes (à peu près comme celle du lapin). Si elles sont plus proches de la crotte de chien, la nourriture est trop riche ou pas assez fibreuse. En cas de diarrhée, consulter très rapidement un vétérinaire.